Florence LEGROS

Florence LegrosUne femme d’exception aux commandes d'ICN Business School

Affable, directe, chaleureuse, Florence Legros, la nouvelle Directrice Générale d'ICN, me reçoit dans son bureau du quatrième étage du pôle de Gestion en cette froide matinée d’octobre.
À 55 ans, elle a été choisie pour succéder à Jérôme Caby à la tête d'ICN et devient l’une des rares femmes à piloter une Grande École en France.

Un parcours brillant, multiple et reconnu

Florence Legros, titulaire d’un doctorat et HDR (Habilitation à Diriger des Recherches) en sciences économiques, agrégée de l’Université, spécialiste des retraites, de l’assurance et des finances, a un parcours très diversifié. Elle a démarré sa carrière d’économiste à la Caisse des Dépôts et Consignations, avant d’être nommée directrice des études à la direction des retraites. Florence Legros est devenue professeur des universités (Paris Dauphine), « par hasard et défi » : on lui a refusé de devenir maître de conférences par le système de qualification, ce qui l’a poussée à passer l’agrégation, suite à laquelle elle a été nommée professeur à l’université de Perpignan. Recteur de l’Académie de Dijon, chancelière de l’université de Bourgogne, membre de la Commission économique de la nation (de 2007 à 2015), du Conseil scientifique de l’observatoire de l’épargne européenne, ainsi que du Conseil d’orientation des retraites de 2000 à 2004, elle fait également partie du conseil scientifique de l'ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution) et du Cercle de l'épargne. Enfin, elle a siégé au conseil d'administration de l'AERES jusqu’en décembre 2014 (future HCERES : haut conseil à l'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur) (source : Wikipédia).
Ses multiples actions ont été reconnues : Florence Legros, — qui n’en fera que très partiellement et pudiquement état lors de notre entretien — est Chevalier de la Légion d’honneur, Chevalier de l’ordre national du Mérite, Commandeur des Palmes académiques et… Chevalier du Tastevin.

Une expertise au rayonnement international

Spécialiste des systèmes de retraite, les travaux de Florence Legros s’intéressent à la macroéconomie, à la finance, à l’assurance et à la démographie. Sur ces thèmes, elle intervient comme consultante auprès d’institutions internationales. Elle a ainsi été directrice adjointe du programme AIM sur l’adéquation des pensions en Europe, financé par la Commission européenne (sixième PCRD), et réalisé par le consortium ENEPRI, qu’elle a participé à lancer alors qu’elle était directeur adjoint du CEPII (Centre d'études prospectives et d'informations internationales) de 2000 à 2003. Elle effectue régulièrement des actions de formation et de conseil à l’étranger, en Afrique francophone et en Chine notamment.
Elle est aussi « Associate senior research fellow » au CEPS (Centre for European Policy Studies) à Bruxelles.
Elle écrit des articles sur ces thèmes sur Atlantico.fr, un site d’information, et dans l’Agefi, a publié et participé à de nombreux ouvrages sur les retraites, les finances et l’économie (Sources : Wikipédia et Paris Dauphine).

De la chance, des rencontres… et du travail

À l’entendre, Florence Legros se définit comme « une grande fille toute simple, qui s’est laissée faire par la vie ». Elle reconnaît avoir eu la chance de faire de belles rencontres tout au long de sa carrière sans pour autant se mettre jamais en avant (ce n’est pas son truc). Elle admet toutefois avoir une grosse capacité de travail et surtout être rapide à réaliser sa mission, à prendre des décisions.
Son secret : ne pas se poser (trop) de questions. Aller à l’essentiel et défendre ses idées quand bien même elles vont à l’encontre des idées reçues, de l’establishment ou d’une administration tatillonne.

Florence LEGROS BDFlorence Legros n’est pas une femme d’ambition… excepté pour les autres

Quand on lui demande quelles sont ses ambitions, Florence Legros affirme n’en avoir aucune pour elle-même. Son moteur est ailleurs : faire progresser et réussir les autres. Les siens d’abord, ses enfants, et ensuite les élèves et les étudiants dont elle a eu la responsabilité en tant que professeur à Dauphine, recteur à Dijon, et désormais les étudiants d'ICN.

Oser faire bouger les lignes

Cette battante ne recule devant aucune difficulté et fait tout pour parvenir à ses fins.
Elle raconte les péripéties, l’opiniâtreté qu’il a fallu déployer pour obtenir la création d’un double diplôme reconnu en France et à l’étranger avec des Universités les mieux cotées de la planète, combattre la lenteur administrative française — qui n’est pas seulement une légende —, et convaincre les Universités de Berkeley, Bocconi, Hong Kong UST, Carnegie-Mellon de l’intérêt de s’associer avec une Université française, Dauphine.
Autre décor, autre combat : lors de sa mission de recteur de l’Académie de Dijon, Florence Legros a réussi à monter une classe préparatoire en trois ans pour les bac pro industriels. Elle a dû déployer une énergie et une ténacité à toute épreuve pour réussir à convaincre au plus haut niveau que défavorisé ne rime pas toujours avec banlieue mais aussi monde rural.
Florence Legros raconte les freins qu’elle a rencontrés pour recruter au niveau national les futures recrues d’excellence, faire construire un internat, aménager une classe préparatoire spécifique aux bac pro
Pari gagné : cette classe préparatoire, unique en France, obtient 100 % de réussite et a vu sortir de ses rangs polytechniciens, centraliens, etc.
Le moteur de Florence Legros : il y a des pépites et de l’intelligence dans tous les milieux et il faut les valoriser.

Une femme de projets

Plus que défi, Florence Legros préfère le terme de projet. Le dernier en date concerne bien entendu lCN Business School. Son ambition est claire : obtenir un classement dans le « Top Ten » des écoles de commerce françaises, rien de moins ! Sa tâche du moment : travailler la stratégie, la communication et le rayonnement de l’école, encore trop régionale.

« Même pas peur »

C’est le surnom que lui a donné l’une de ses amies, professeure à Dauphine et poète, Béatrice Rossi Bouchara. « C’est vrai », reconnaît Florence Legros, femme de conviction avant tout. Elle n’hésite pas à dire non quand le management ne correspond pas à ses valeurs ou quand les dysfonctionnements sont trop criants. « Je ne suis pas violente, mais je ne me laisse pas marcher sur les pieds. À mes dépens parfois. » Comme lorsqu’elle a osé s’opposer à un ministre quand elle assumait la fonction de Recteur d’académie, sur une question de mixité sociale et d’économies pour le contribuable. Son côté rebelle et légèrement « inconscient » (ce sont ses termes) lui a coûté son poste.

Un management respectueux

Ces expériences l’ont conduite à adopter elle-même le management qu’elle a attendu de la part des autres, basé sur le respect mutuel, la courtoisie ainsi que l’écoute, et qui implique, en cas de conflit ou de difficulté, une sortie par le haut. « Cela dit, être patronne présente l’avantage de pouvoir assumer les risques, de prendre des décisions et de faire avancer ses idées beaucoup plus vite », confie-t-elle.

Pas de plafond de verre, mais…

Comme toutes les femmes, Florence Legros a connu et rencontre encore des différences de traitements entre les genres dans le milieu professionnel. « Pour autant, j’ai tendance à penser que les femmes sont au moins en partie responsables de ce que l’on nomme le plafond de verre : elles doutent d’elles-mêmes, attendent qu’on vienne les chercher, quand les hommes, eux, se montrent, usent de tous les moyens pour obtenir et garder le pouvoir. »

Les joueuses d’échec

Florence Legros illustre son propos par une récente expérience scientifique basée sur mille joueuses d’échecs que l’on a fait jouer à l’aveugle entre elles, une première fois en leur disant qu’elles se mesuraient à des femmes, puis une seconde fois contre des hommes (c’était en réalité toujours des adversaires féminines). Lorsqu’elles croyaient être confrontées à des joueurs « sensément » masculins, elles perdaient entre 10 et 20 % de leur capacité. Une expérience à méditer !

Des réseaux… amicaux

Quand on l’interroge sur ses réseaux, Florence Legros sourit : « Oui… j’ai celui de mes amis ! » Fidèle en amitié, elle garde des liens avec ceux qui ont jalonné son chemin. Facebook ou Twitter ne sont pas sa tasse de thé (café, plutôt). C’est son fils cadet qui twitte pour elle et son blog n’est pas des plus actifs. Elle avoue manquer de temps et de choses intéressantes à raconter (sic !). Elle passe sous silence son expertise reconnue et son rayonnement international qui remplacent largement tous les réseaux du monde…

Le troc pour faire entendre sa voix !

Ma question, « comment faites-vous entendre votre voix ? » la fait rire : « Le troc ! » Voilà comment elle explique sa méthode pour se faire entendre dans les médias, avec les amis encore. Au même moment, on l’attend sur France Info, ses articles pour Atlantico seront bientôt postés…

« Dites oui d’abord, réfléchissez après »…

…Aux moyens de faire face aux engagements que vous avez pris, cela aide à progresser et ça stimule ! Pour finir, elle s’adresse aux membres d’EST'elles Executive : « Soyez conscientes de votre valeur. Les femmes sont souvent plus efficaces, car elles doivent jongler avec leur métier de femme, de mère et leur profession. Elles sont plus aptes à prendre des décisions. »

 

Le questionnaire de Proust
de FLORENCE LEGROS DG ICN BUSINESS SCHOOL

Le principal trait de mon caractère ? L’opiniâtreté
La qualité que je préfère chez un homme ? L’intelligence
La qualité que je préfère chez une femme ? Idem
Ce que j'apprécie le plus chez mes amis ? Leur fidélité
Mon principal défaut ? L’anxiété
Mon occupation préférée ? Dormir !
Mon rêve de bonheur ?
Quel serait mon plus grand malheur ? Perdre mes enfants
Ce que je voudrais être ? Géomètre
Le pays où je désirerais vivre ? La France
La couleur que je préfère ? Orange, comme la couleur d'ICN
La fleur que j'aime ? La pivoine
L'oiseau que je préfère ? Le rouge-gorge
Mes auteurs favoris en prose ? Modiano, Tournier, les romans policiers
Mes poètes préférés ? Rimbaud
Mes héros dans la fiction ? Tintin
Mes héroïnes favorites dans la fiction ? Adèle Blanc-Sec
Mes compositeurs préférés ? Janacek
Mes peintres favoris ? Braque
Mes héros dans la vie réelle ?
Mes héroïnes dans l'histoire ? Emilie du Chatelet
Mes noms favoris ?
Ce que je déteste par-dessus tout ? La bêtise
Personnages historiques que je méprise le plus ? Kim Jong-il
Le fait militaire que j'admire le plus ? Aucun
La réforme que j'estime le plus ? La loi Veil sur l’avortement (74)
Le don de la nature que je voudrais avoir ? Jouer de la musique
Comment j'aimerais mourir ? Vite !
État présent de mon esprit ? RAS
Fautes qui m'inspirent le plus d'indulgence ? Celles de jeunesse
Ma devise ? L’EURO !

© Marie TERRIER
Equipe de rédaction d'EST'elles
20 octobre 2015

  • Elles osent

    • Laurence de la Ferrière

      Laurence de la Ferrière

      « Il est essentiel de cultiver sa liberté d’être » L’exploratrice alpiniste et aventurière Laurence...

    • Nathalie GALAMPOIX

      Nathalie GALAMPOIX

      « Quel que soit le domaine, je m’y consacre toujours à fond » Dynamique et investie à 100 % dans...

    • Anne SCHNELL

      Anne SCHNELL

      De salariée d’EDF à créatrice d’une maison de couture En créant et en développant avec succès à...

    • Florence LEGROS

      Florence LEGROS

      Une femme d’exception aux commandes d'ICN Business School Affable, directe, chaleureuse, Florence Legros,...

    • Isabelle KOHL

      Isabelle KOHL

      Une femme qui ose saisir sa chance ! Un exemple à méditer Isabelle KOHL, est une jeune femme...

    • Anne LASZLO

      Anne LASZLO

      Itinéraire d'une écrivaine entre deux rives Européenne et rhénane, auteure et journaliste,...

    • Jeanine DOPPEL

      Jeanine DOPPEL

      Ténacité + Engagement = Un parcours gagnant Lauréate des trophées des femmes et  l’économie 2014 en...

    • Christine MORIN-ESTEVES

      Christine MORIN-ESTEVES

      Transformer les difficultés et les épreuves en réussite Christine MORIN-ESTEVES : fraiche,...

    • Christelle GOURRIER

      Christelle GOURRIER

      Un rêve, un projet, une entreprise Portrait d’une jeune femme qui a la tête sur les épaules et...

    • Agnès VOLPI

      Agnès VOLPI

      Portrait d'une femme qui ose…bouleverser l’ordre établi Ce qui frappe tout d’abord chez Agnès,...