Laurence de la Ferrière

Laurence 2« Il est essentiel de cultiver sa liberté d’être »

L’exploratrice alpiniste et aventurière Laurence de la Ferrière, conquérante de l’Antarctique devant l’Éternel, sera l’une des invitées phares de la prochaine édition du « Manager de demain est une femme. Êtes-vous prêt(e)s ? », le 13 juin à Metz. L’occasion de l’interroger sur sa façon d’envisager le changement de cap. Interview.

Quelle est votre vision du « changement de cap » ? Et notamment pour une femme ?

Pour moi, cela s’illustre par un événement qui m’a profondément marquée, quand j’ai entamé ma seconde expédition en Antarctique. En quittant le Pôle Sud, j’ai fait confiance à mon seul instinct pour me diriger. Le premier soir, j’ai posé mon camp et allumé le GPS pour connaître la direction à prendre le lendemain. Or il m’a indiqué la direction inverse ! J’ai vécu un grand moment de désarroi et de déstabilisation. Dans une expédition de cet acabit, où la part d’inconnu est énorme, le GPS est le seul appareil auquel on puisse se fier a priori. Or il s’est avéré que quand il se trouve trop près du Pôle, donc du point zéro de la latitude et de la longitude, le GPS est incapable de calculer une direction. J’ai alors compris que le matériel, c’était bien, mais que la confiance en l’être humain et ses capacités était plus forte. La confiance en soi est le maître mot. S’il faut changer de cap, l’être humain ne doit pas s’inquiéter, mais mener sa propre réflexion et suivre son intuition. Les femmes semblent plus douées que les hommes dans ce domaine, leur instinct est en général plus développé, peut-être pour compenser une moindre force physique ? Elles semblent aussi appréhender le changement plus facilement.

Laurence 5Quelles qualités faut-il développer pour mener à bien un changement de cap ?

Il faut du courage, oser se lancer, favoriser la confiance en soi et se montrer tenace quoi qu’il arrive, aller au bout du mouvement. Cependant, le poids de la société et le regard des autres sont très restrictifs… Il me semble pourtant essentiel de cultiver sa liberté d’être, de se mettre en situation de découvrir des qualités dont on ignorait l’existence. Abattre les obstacles nécessite de l’énergie ; accepter de faire face aux difficultés (voire à l’impossible !) permet à terme de développer différentes facettes de sa personnalité. Après ma première expédition en Antarctique, la première jamais effectuée par une femme, mes sponsors souhaitaient que je reparte immédiatement. J’étais bien entendu d’accord et leur ai proposé la traversée intégrale de l’Antarctique sur un parcours que le Norvégien Borge Ousland venait de réussir, donc plus rassurant (enfin, si l’on veut !). Il m’avait en effet donné de précieuses informations. Mais la veille du départ, le financement a été annulé. C’était comme une claque, je ne m’y attendais pas du tout ! J’avais l’impression qu’on brisait mon élan. Mon abattement a duré deux jours… Au bout d’une semaine, j’ai « revu ma copie » et décidé de partir en territoire inconnu de tous : être le premier être humain à découvrir le chemin menant du Pôle Sud à la Terre Adélie. Si j’ai réussi cet exploit, c’est aussi grâce à cet obstacle que j’ai osé franchir. Le changement de cap est presque toujours déclenché par des événements plutôt négatifs. Au final, cela peut permettre d’accomplir quelque chose de beaucoup plus beau, plus grandiose que prévu. Il en naît une sorte de fracture qui apporte quelque chose de plus intéressant et d’exaltant qu’imaginé au départ. Il faut garder courage et confiance dans le fait que les événements s’organisent en fonction de sa manière d’être. Être à l’écoute de soi, des signes et de l’univers. Enfin aujourd’hui, le changement est inhérent à nos vies et il paraît donc indispensable de le considérer positivement.

Laurence 4Vous nous faites l’honneur de participer au « Manager de demain est une femme. Êtes-vous prêt(e)s ? ». Que pensez-vous des réseaux féminins ?

Quand j’étais plus jeune, je trouvais cela ennuyeux et quelque part, je n’avais pas vraiment l’impression d’avoir les mêmes préoccupations. Puis je me suis aperçue avec les années que cela créait beaucoup de complicité, du bien-être même. Aujourd’hui, je n’ai plus aucune envie de m’en priver ! Il me semble très intéressant de mettre en exergue les ressorts propres aux femmes. J’ai même fait partie à un moment de Femmes Forum, le réseau cofondé en 1984 par Éliane Victor, la veuve de Paul-Émile Victor. Aujourd’hui, j’interviens souvent au sein de réseaux de femmes entrepreneurs. C’est très enrichissant pour moi, car on me pose des questions de femme, ce qui me renvoie à une dimension passionnante. Et cela va dans les deux sens : les membres comprennent que je suis une femme comme elles et trouvent dans mon parcours des points communs avec le leur.

Vous ne connaissiez pas EST’elles Executive avant que nous vous sollicitions. Pourquoi avoir accepté notre invitation ?

Le contact avec Christine Mavon a été très sympa, dynamique ! Elle a fait preuve d’ouverture et de tant d’enthousiasme, adoptant une approche très éloignée des contacts institutionnels, que je ne pouvais pas refuser la sollicitation ! Je me retrouve complètement dans cet allant et me réjouis de communiquer le 13 juin dans ce sens-là. Je donnerai tout ce que je peux et je suis sûre que je recevrai beaucoup en retour. J’aimerais insister sur la prise de conscience de la liberté d’être et sur la confiance en soi, dans son entourage, ainsi que dans son orientation. La confiance est indispensable. Il faut le marteler encore et encore ! C’est elle qui permet de s’épanouir et d’aller dans des directions non envisagées. Il faut souvent échouer pour mieux réussir. Certes, c’est le garant d’un parcours souvent compliqué, mais on vit des moments incroyables et au final, cela vaut vraiment le coup.

 

 

Laurence de la Ferrière en quelques mots

Née au Maroc, Laurence de la Ferrière a découvert l’alpinisme vers l’âge de 20 ans. Après avoir gravi des sommets vertigineux dix ans durant, elle s’est attaquée aux immensités glacées du Groenland, de la Sibérie, et surtout de l’Antarctique, devenant d’abord la première femme à en faire la traversée en solitaire au Pôle Sud, puis le premier être humain à défricher des territoires restés jusque-là inexplorés (lire l’encadré) du continent blanc (du Pôle Sud à la Terre Adélie). Auteur de plusieurs films et vedette d’un documentaire, « Seule en Antarctique », retraçant son épopée incroyable, Laurence de la Ferrière met désormais sa connaissance des froids extrêmes et de la survie en milieu hostile au service des entreprises qui ambitionnent de dépasser leurs limites.

Pour en savoir plus : www.laurencedelaferriere.com

Florence petit

 

Quelques repères

1984 - Kangchenjunga (8505 m) et Annapurna (8091 m) - Tentative hivernale (Face Nord - Népal)

1985 - Nanga Parbat (8125 m)

1991- Sibérie Orientale - Exploration sur la banquise du détroit de Béring

1992 - Everest
- Record mondial féminin d’altitude sans oxygène à 8700 m (Face Sud - Népal)

1994 - Aconcagua (7012 m)

1995 - Groenland -
Traversée en autonomie totale et à la voile

1996/1997 - Antarctique
- Première traversée française en solitaire au Pôle Sud

1999/2000 - Antarctique
- Première traversée au monde en solitaire de l’Antarctique, du Pôle Sud à la Terre Adélie en passant par Dôme C. Seule femme au monde à avoir traversé intégralement l’Antarctique.

2006 - Grande traversée des Alpes,
de Puchberg (Autriche) à Menton (France) au bord de la mer



  • Elles osent

    • Laurence de la Ferrière

      Laurence de la Ferrière

      « Il est essentiel de cultiver sa liberté d’être » L’exploratrice alpiniste et aventurière Laurence...

    • Nathalie GALAMPOIX

      Nathalie GALAMPOIX

      « Quel que soit le domaine, je m’y consacre toujours à fond » Dynamique et investie à 100 % dans...

    • Anne SCHNELL

      Anne SCHNELL

      De salariée d’EDF à créatrice d’une maison de couture En créant et en développant avec succès à...

    • Florence LEGROS

      Florence LEGROS

      Une femme d’exception aux commandes d'ICN Business School Affable, directe, chaleureuse, Florence Legros,...

    • Isabelle KOHL

      Isabelle KOHL

      Une femme qui ose saisir sa chance ! Un exemple à méditer Isabelle KOHL, est une jeune femme...

    • Anne LASZLO

      Anne LASZLO

      Itinéraire d'une écrivaine entre deux rives Européenne et rhénane, auteure et journaliste,...

    • Jeanine DOPPEL

      Jeanine DOPPEL

      Ténacité + Engagement = Un parcours gagnant Lauréate des trophées des femmes et  l’économie 2014 en...

    • Christine MORIN-ESTEVES

      Christine MORIN-ESTEVES

      Transformer les difficultés et les épreuves en réussite Christine MORIN-ESTEVES : fraiche,...

    • Christelle GOURRIER

      Christelle GOURRIER

      Un rêve, un projet, une entreprise Portrait d’une jeune femme qui a la tête sur les épaules et...

    • Agnès VOLPI

      Agnès VOLPI

      Portrait d'une femme qui ose…bouleverser l’ordre établi Ce qui frappe tout d’abord chez Agnès,...