5e Journée Émilie du Châtelet

Caroline AigleEST’elles Executive de nouveau présente !

Le 9 avril, une petite dizaine de membres du réseau a accepté d’échanger avec d’autres professionnels sur un campus nancéien de l’Université de Lorraine avec des lycéennes de la région. Au programme : égalité des chances et facteurs de développement de l’ambition au féminin. Retour sur une manifestation réussie.

Organisé sur le campus de l’ESSTIN (École Supérieure des Sciences et Technologies de l’Ingénieur de Nancy) avec le concours d’Agnès VOLPI, chargée de mission Égalité des chances professionnelles et membre d’EST’elles Executive, cet événement a réuni sous un soleil radieux une trentaine de professionnels, majoritairement des femmes, et quelque 300 lycéennes venues de différents établissements lorrains. Pour lancer la journée en beauté, Agnès NETTER, chef de la mission de la parité et de la lutte contre les discriminations du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et membre du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes, a lu un discours de la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Dans son texte, cette dernière a souligné qu’on ne comptait en France que 27 % de femmes ingénieurs et rappelé que si l’on ne faisait rien, la parité deviendrait réalité en… 2075 ! La ministre s’est dite résolue à encourager les femmes à faire les choix qu’elles voulaient et non ceux que leur dicte leur entourage ou la société. Pour elle, les mathématiques et les sciences sont l’un des secteurs où tous les talents devraient pouvoir s’exprimer.

Échanges et interaction

Ce n’est pas la première fois que des membres d’EST’elles Executive choisissent de participer à cet événement en apportant leurs témoignages. Pour cette édition 2015, elles étaient une petite dizaine (lire Quelques témoignages sur une belle journée d’échanges) d’enthousiastes et défenseurs de la cause des femmes sur les fronts professionnel et privé à échanger avec des lycéennes. Pendant toute la matinée, chaque participant convié a partagé son expérience et dialogué avec trois différents groupes de jeunes filles pendant une bonne demi-heure à chaque fois. Une expérience enrichissante pour tous. Puis, après un déjeuner simple et convivial — pris par beaucoup en dehors du gymnase où de grandes tables étaient dressées, afin de profiter du soleil à son zénith —, place aux tables rondes de l’après-midi, propices à davantage d’échanges et d’interaction entre les professionnelles intervenantes et le public de lycéennes. Pour clore la manifestation en beauté, les récompenses du Prix Caroline Aigle — première femme pilote de chasse, décédée en 2007 —, qui vise à encourager l'ambition des lycéennes et à les inciter à poursuivre des études supérieures, ont été remises en fin d’après-midi. L’édition 2015 a vu la participation de 150 lycéens scolarisés dans dix-huit établissements lorrains !

Quelques témoignages sur une belle journée d’échanges

Véronique BENAYVéronique BENAY,
coach et formatrice management, commercial, communication 

« J’ai participé pour donner un témoignage “vivant” aux lycéennes, pour qu’elles voient en “chair et en os” une femme avec son récit de parcours et ses projets futurs, pour qu’elles puissent se projeter elles-mêmes au-delà de l’orientation scolaire. J’aurais aimé pouvoir assister à un événement similaire à leur âge… J’ai apprécié la qualité d’échange avec les lycéennes et l’excellent accueil de l’école d’ingénieurs. Parfois, les plus jeunes n’avaient pas beaucoup de questions, mais ce n’était pas un problème : j’ai considéré qu’il fallait témoigner, les encourager à interroger d’autres personnes de leur entourage pour visualiser les métiers. De plus, j’ai favorisé le dialogue avec leur enseignante quand celle-ci les accompagnait. Elles ont ainsi eu accès au parcours de leur professeur sous un autre angle qu’au lycée, ce qui est important aussi. J’ai également apprécié la table ronde et les discussions avec les personnes que j’ai eu l’occasion de rencontrer. En un mot, j’ai donné et reçu ! »

Géraldine CougetGéraldine COUGET,
journaliste, écrivain public et biographe 

« Même si j’ai été très surprise d’avoir été sélectionnée pour participer à cette manifestation, n’ayant pas suivi de parcours scientifique ni n’exerçant un métier traditionnellement masculin, j’ai accepté, car mue par la curiosité et l’envie de partager mon expérience avec de très jeunes femmes. Après leur avoir exposé mes pérégrinations scolaires puis professionnelles, j’ai surtout choisi de sensibiliser ces futures salariées, entrepreneurs ou indépendantes, à la question de l’égalité hommes-femmes. Je voulais leur faire comprendre que la vie professionnelle n’était pas une trajectoire lisse et dénuée d’embûches, que l’on devait apprendre de ses erreurs et non les rejeter, ou, pire, avoir l’impression qu’on ne peut recommencer à zéro pour aller vers ce qui nous plaît. Pendant ces échanges, le public de lycéennes m’a semblé assez en retrait et pas vraiment curieux, même si d’aucunes semblaient assez intéressées par le dialogue sur l’égalité des sexes. J’ai eu l’impression que la timidité et le poids du groupe avaient empêché certaines de s’exprimer davantage. J’ai été frappée de voir que parmi elles, une minorité pensait qu’il n’y avait aujourd’hui aucun problème d’égalité hommes/femmes. Cependant, la majorité a reconnu que leurs mères respectives réalisaient beaucoup plus de tâches ménagères que leur père et que les stéréotypes en vigueur dans notre société avaient encore de beaux jours devant eux ! J’ai tenté de leur montré qu’en agissant dès à présent pour tordre le cou à ces derniers, elles seraient des actrices à part entière du changement. »

Agnes HILTAgnès HILT-ARMIGNAT,
consultante RH & formatrice, coach professionnel et sportif

« Participer à cette manifestation s'inscrit dans la logique de mon parcours axé sur l'accompagnement individuel et collectif, ainsi que le développement des potentiels. Dans mon premier chemin de vie, j'étais professeur d'EPS et professeur principal. J'ai donc été confrontée à la problématique de l'orientation des jeunes, en particulier des filles. Aujourd'hui, avec mes casquettes de consultante RH et coach professionnel, je continue d'intervenir auprès d'étudiants dans la construction et la réalisation de leur projet professionnel. Je parle souvent de nos croyances limitantes, des filtres que nous portons tels des paires de lunettes, qui font qu'arriver au sommet de la montagne ou du mur d'escalade nous semble impossible. J'aime dire qu'“il faut ouvrir le champ des possibles” et “que ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas les faire, mais que c'est parce que nous n'osons pas les faire qu'elles sont difficiles” (Sénèque).Je retrouve ces mêmes problématiques avec ceux que j'accompagne (dirigeants, managers, collaborateurs), qu'ils soient en poste ou en mobilité professionnelle. Le manque et la perte de confiance en soi, la difficulté de se projeter dans le temps et l'espace, le manque de valorisation de son potentiel et de ses talents, l'équilibre vie professionnelle et privée… sont autant de demandes auxquelles j’essaie de répondre. J'ai passé une journée riche en partage et pris beaucoup de plaisir avec les groupes du matin, car j'aime être dans le don de soi et dans l'interactivité. J'ai apporté mon témoignage de femme qui a toujours œuvré dans l'accompagnement pour faire grandir les personnes, qui a vécu un changement professionnel et su ouvrir le champ des possibles pour créer son entreprise et vivre ses rêves. En tant que femme, maman et épouse, il était important de communiquer aussi sur la façon de trouver l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle et sur l’importance d’obtenir le soutien de mon mari pour y parvenir. J'ai été heureuse de voir mes propos repris par celles qui ont témoigné lors de la table ronde. J'ai trouvé des jeunes femmes attentives et très à l'écoute le matin, l'après-midi étant un peu plus bruyant, mais tout aussi riche. J'ai pu discuter avec d'autres femmes d'horizons divers et retrouver les lycéennes et accompagnatrices rencontrées le matin, qui m'ont remerciée pour mon intervention. Pour moi, c'est la plus belle des satisfactions : apporter ma contribution pour faire changer les regards. »

TanyaTanya PODVRSAN,
consultante recrutement et développement de la carrière

« J’ai accepté de participer à cette manifestation d’une part par curiosité et de l’autre pour encourager les jeunes femmes à cesser d’avoir peur. Lors de cette journée, j’ai rencontré beaucoup de lycéennes qui m’ont semblé à la fois curieuses et craintives, trouvant aisément des justifications pour ne pas persévérer dans leurs projets en raison d’un échec ou par peur. D’autres se sentent peut-être simplement perdues et ne savent pas comment trouver de l’aide ni vers qui se tourner. J’ai enfin été très surprise de constater qu’en dépit de toutes les avancées dont bénéficient aujourd’hui les femmes par rapport à une quarantaine d’années en arrière, la peur et le manque d’intérêt sont toujours prégnants. Une belle initiative. Merci ! »

 

© Géraldine COUGET
Comité de rédaction EST'elles