EST’elle s’engage pour les femmes à l‘international

yanguele L

L'accès des filles à l'éducation doit-il rester un LUXE ?


Au Sénégal, l'éducation des jeunes filles reste un luxe, notamment pour les familles pauvres vivant en milieu rural, qui privilégient souvent l’éducation des garçons.
Dans le cadre du mois de la solidarité internationale, EST’elle s’associe à l’Association Lorraine pour Yenguélé afin de porter un beau projet : financer les études de cinq filles, dont les parents n’ont pas les moyens de payer les frais de scolarité, ni les livres qui leur permettraient de continuer leurs études.
En France, l'éducation des enfants est accessible à tous : nous bénéficions de la gratuité de l'école et l'Etat apporte des aides pour financer les achats de la rentrée. Au Sénégal, tout ceci est inexistant et avec seulement 250 euros, nous pouvons investir dans l'éducation d'une fille durant un an.
Aujourd’hui il est évident que l’alphabétisation des femmes, compte tenu du rôle crucial qu’elles jouent dans l’éducation des enfants et leur maintien en bonne santé, constitue l’un des moyens les plus efficaces pour réduire la pauvreté, et contribue aussi au développement économique du pays.
Or, dans les campagnes du Sénégal, la majorité des femmes âgées de 15 à 39 ans ne savent ni lire ni écrire. Il est donc peu surprenant que les enfants de mères analphabètes soient plus susceptibles de mourir jeunes et de ne pas être scolarisées.
En apportant notre aide, nous pouvons favoriser concrètement la promotion sociale et économique des femmes et permettre leur future autonomisation, ce qui représente un des objectifs essentiels de la lutte contre la pauvreté

Yenguéle4

Rose FAYE
Membre du CA d'EST'elles Executive
Présidente de l’Association Lorraine pour Yenguélé
www.yenguele.com

N'hésitez pas à nous contacter si vous voulez vous engager dans ce projet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.